Une autre vision du Christ

Publié le par Ashlar

Les textes gnostiques qui parlent du Christ nous révèlent un personnage et surtout un enseignement totalement différent de ce que l'église catholique romaine ou orthodoxe nous enseigne. Dans la doctrine chrétienne, Dieu est séparé de sa création et de ses créatures par un abîme tandis que dans les évangiles gnostiques, on nous dit que la connaissance intérieure que l'on a de nous même reflète Dieu, que nous avons la divinité en nous.
Autre différence et elle est de taille sur le Christ : ce dernier n'est pas venu en sauveur pour nous sauver de nos péchés mais plutôt pour nous ouvrir la porte vers la compréhension spirituelle, vers l'illumination. Pas question ici de repentance, d'enfer, de confession etc. mais bien d'un cheminement intérieur dans lequel on devient l'égal du Christ lorsque l'on a vécu l'illumination : « Ensuite, le «Jésus vivant» de ces textes parle d'illusion et d'illumination et non de péché et de repentance comme le fait le Jésus du Nouveau Testament. Au lieu de venir pour nous sauver de nos péchés, il vient comme un guide qui nous ouvre la porte à la compréhension spirituelle. Mais lorsque le disciple atteint l'illumination, Jésus ne lui sert plus de maître spirituel : les deux deviennent égaux –même identiques ». (traduit du site Gnostic library). Selon les paroles du Christ à Thomas, Jésus lui affirme qu'il est son égal, qu'il est lui aussi fils de Dieu dans le sens où ils ont tous deux reçu leur existence du même Être suprême, qu'ils proviennent tous deux de la même source. L'un de ces évangiles dits “secret” nous révèle un autre visage de Jésus, moins ascétique que la représentation asexuée que nous en fait le nouveau testament: “ La compagne du sauveur est Marie Magdeleine. Mais le Christ l'aime plus que tous ses disciples et avait l'habitude de l'embrasser sur la bouche. Le reste des disciples en était offensé…. Ils lui dirent “pourquoi l'aimez-vous plus que nous tous?”. Et le sauveur leur répondit “pourquoi est-ce que je ne vous aime pas comme je l'aime elle”. (traduit librement de la traduction anglaise sur le site Web “From Jesus to Christ, the Story of the Story Teller). D'autres paroles rapportées du Christ dans ces évangiles (Évangile de Philippe, Évangile de Thomas) sont une critique franche des croyances chrétiennes communes comme l'immaculée conception et la résurrection du corps.
Nous ne pouvons pas passer en revue ici tous les textes gnostiques et les informations déconcertantes qui y sont contenues tant elles sont nombreuses. Néanmoins, si vous deviez vous tenir à la lecture d'un seul texte court et représentatif de ce que l'on trouve dans le corpus des textes du Nag Hammadi, lisez l'hypostase des Archontes disponible en français dans la bibliothèque gnostique copte sur Internet ou en anglais dans la Gnostic Library. Imaginez comme l'a fait Kerner ainsi que d'autres auteurs comme Erich Von Däniken, Michaël Cremo ou Zecharia Sitchin que ces textes sacrés racontent en fait l'histoire authentique de la création de notre univers de matière et des êtres qui le peuplent par des entités extraterrestres hyper évoluées. Et que les Archontes seraient une race extraterrestre hybride, à cheval entre deux mondes, une erreur de création, des êtres qui, par défi, se sont «amusés» à nous créer nous, animaux de laboratoire qui avons échappé à nos créateurs. Les écrits de l'Ancien Testament, des textes et évangiles gnostiques prennent alors un sens tout à fait cohérent et en même temps beaucoup plus étrange et enivrant que le sens métaphorique donné par les théologiens. D'autres auteurs, comme Zecharia Sitchin, se sont aperçus que des textes sacrés -récits “historiques” d'une autre civilisation, la première de notre ère, la civilisation sumérienne- racontaient peut-être aussi une genèse de l'humanité avec une civilisation extraterrestre, celle des Anunnakis dans le rôle des dieux.

Publié dans L'origine de l'homme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article