Méditation

Publié le par Ashlar

 Nous allons méditer en pratiquant un peu de visualisation. Imaginez qu'une personne que vous connaissez très bien, ou qui vous est chère, perde son calme, au cours d'une relation conflictuelle par exemple. Elle manifeste tous les signes d'une colère ou d'une haine intenses, est incapable de se ressaisir et envoie autour d'elle des vibrations négatives. Elle va même jusqu'à se faire du mal et casser ce qui est autour d'elle. Réfléchissez aux effets immédiats d'une colère ou d'une haine intenses. Si je vous demande d'imaginer quelqu'un d'autre plutôt que vous-mêmes, c'est parce qu'il est plus facile, à mon avis, de voir les fautes d'autrui que les siennes. Visualisez ce que je vous ai dit et imaginez que cette personne se transforme, même physiquement. Cet être qui vous est proche, que vous aimez, dont la seule vue vous rendait heureux auparavant, est devenu affreux.

 

Ce type de méditation est qualifié d'analytique. Analysez la situation pendant quelques minutes, en utilisant votre faculté d'imagination. A la fin, tirez-en des conclusions pour vous-mêmes et prenez la résolution suivante : "Je ne me laisserai jamais envahir par une colère ou une haine aussi violente ! Si je le faisais, je me retrouverais dans la même situation que cette personne, et j'en subirais les conséquences. Je perdrais ma sérénité et mon sang-froid, je prendrais cette apparence horrible, etc." Puis restez en méditation non conceptuelle sur cette conclusion.

 

La première étape est une méditation analytique, et la seconde une méditation sans concept.

 

Si vous parvenez à méditer ainsi en utilisant votre imagination, vous disposerez d'un outil puissant. Dans la vie de tous les jours, nous sommes témoins de nombreux évènements et nous voyons de nombreux films, au cinéma ou à la télévision, dans lesquels interviennent la violence ou le sexe. Mais nous pouvons assister à ces scènes en estant conscients des effets négatifs qu'aurait une réaction extrême de notre part. Au lieu de les laisser nous captiver, nous pouvons les utiliser pour en tirer des leçons. Potowa, l'un des grands maîtres tibétains de l'école Kadampa, disait que pour le méditant ayant atteint un certain degré de stabilité et de réalisation, toute expérience et tout évènement devient un enseignement. Je pense que c'est vrai. 

 

Texte de Shantideva sur la patience dans son livre La Marche vers l'Éveil, le guide des activités des bodhisattvas.

Publié dans Bouddhisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article